Des mondes Jula à l’africanité globale. Entretien avec l’historien Chikouna Cissé

Chikouna Cissé est enseignant-chercheur, maître de conférences en Histoire de l’Afrique à l’Université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan et membre de l’ANR Cocole. Il est notamment l’auteur de l’ouvrage Migrations et mise en valeur de la Basse Côte d’Ivoire (1920-1960) (L’Harmattan, 2013).

  1. Pouvez-vous nous présenter votre parcours d’historien en quelques lignes ?

Mes premiers travaux d’historien ont porté sur l’historiographie africaine au travers d’une analyse quelque peu hagiographique, je l’admets aujourd’hui, des travaux de Cheikh Anta Diop et ses retentissements en Afrique et ailleurs. C’est en vérité un penseur capital de la renaissance africaine. J’ai ensuite exploré d’autres horizons dans le cadre de mon DEA (Diplôme d’études approfondies) en consacrant mon mémoire de recherche à la figure de Yacouba Sylla dans l’essor de l’islam en Côte d’Ivoire. Une sorte de biographie d’une figure en contexte colonial puis postcolonial. Pour la thèse enfin, ce sont les migrations de travail qui ont retenu mon attention. Depuis une dizaine d’années et dans le prolongement de cette thèse du point de vue de l’approche holistique, je m’intéresse à l’étude des réseaux marchands ouest-africains, celui des Jula notamment sur la période comprise entre les XVe et XXe siècles. Le cadre national m’apparaissant de plus en plus étroit pour rendre compte de phénomènes qui transcendent les compartimentages nationaux. Cet intérêt pour les grands espaces, je le dois à mes lectures des travaux de Fernand Braudel mais aussi à Boubacar Barry, mon maître de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar.

  • Dans vos recherches sur les migrations de travail en Afrique Occidentale Française, vous vous êtes intéressé en particulier aux circulations des marchands Jula. Sur quels types de sources quantitatives vous êtes-vous appuyé pour mesurer ces mobilités?

Il faut d’abord rappeler que la mesure des circulations jula est d’abord qualitative dans la façon dont j’ai conçu cette question au début de mes recherches qui datent d’il y a une dizaine d’années. Je mesure ces circulations à l’aune du maillage des jula de toute l’Afrique de l’Ouest dans le cadre de leurs pratiques commerciales de longue date qui remontent au moins au XVe siècle (lire l’article https://theconversation.com/quand-les-commercants-jula-faisaient-rayonner-lafrique-de-louest-97377). C’est le projet ANR COCOLE qui m’amène à m’intéresser à cette dimension quantitative à laquelle je me suis peu intéressé jusque-là en raison du caractère imprécis et confus des statistiques dû, je pense, à cette dimension transnationale de la communauté jula.  Les types de sources disponibles sont les statistiques coloniales qui restent cependant précieuses dans une perspective de démographie historique. A condition toutefois de ne pas perdre de vue la plasticité de la notion Jula.

  • Quels types de marchandises étaient l’objet de ce commerce longue distance et dispose-t-on de sources (registres, et autres) pour produire des statistiques sur celui-ci ?

Sur cette question, les travaux de l’explorateur français Louis Gustave Binger et de bien d’autres spécialistes de l’histoire des réseaux marchands jula nous fournissent de précieuses indications. Si les cotonnades, des articles de provenance méditerranéenne, tels les cuivreries, les tissus, les armes, le tabac, le commerce de l’or bien analysé par Fernand Braudel, étaient au cœur de ces transactions, il reste qu’elles furent surtout dominées par deux produits que je qualifie de produits globaux à savoir le sel et la kola. C’est en effet autour de la kola produite dans le golfe de Guinée et le sel issu des salines de Teghazza, de Taoudenit dans la zone du sahel occidental que ce commerce à longue distance s’est organisé.


  • Vous vous êtes aussi intéressé aux pratiques de la ruse et aux usages de faux dans le monde Jula ? De quoi parle-t-on précisément, et est-il possible pour un historien de quantifier la « fraude » ?

Il s’agit surtout de la façon dont les Jula ont imaginé et mis en œuvre des pratiques de contournement du dispositif bancaire, douanier et fiscal français en Afrique de l’ouest. Ces pratiques vont de l’utilisation de fausses patentes de circulation, de faux laissez-passer, à un jeu continu avec la frontière, servies en cela par les rythmes différents de la monétarisation impériale. Par ailleurs, les Jula ont investi en véritables spécialistes le marché du change, spéculant sur la disjonction de la valeur du cauri (monnaie africaine) et du franc, pratiquant change à terme, en stockant des cauris achetés au plus bas cours pour les revendre au plus haut, selon deux périodes qui correspondent, l’une, à la rentrée des impôts, époque où l’argent se fait rare et se paye cher, l’autre, à la période de la traite, époque où l’argent devient abondant et se paie moins cher. Cette pratique fut assimilée à un agio journalier sur les cours du cauri au moment du paiement de l’impôt, par le Gouverneur de la colonie de Côte d’Ivoire, Dieudonné François Reste de Rocca (1930-1935).  C’est que les Jula, dénonçait Dieudonné Reste, exigent 2000 cauris pour un billet de 5 francs, tandis qu’en temps normal, ils ne donnent que 800 à 1000 cauris en échange du même billet. On voit bien qu’en termes d’agentivité, les « indigènes » ont été capables de donner du fil à retordre au colonisateur.

  • Parmi les thèmes forts de votre travail, il y a celui d’économie-monde et celui d’africanité globale, qui est justement celui du volume IX de l’histoire générale de l’Afrique. Pourriez-vous nous expliquer ce que signifie ce dernier concept ?

Le concept d’africanité globale que l’UNESCO présente comme la grande innovation conceptuelle du volume IX à venir,  ambitionne de relire et de réécrire de manière articulée l’histoire de l’Afrique et celle de ses diasporas dans le monde. Il s’agit en d’autres termes d’établir ou de rétablir le continuum historique entre le continent africain et ce que le sociologue et historien anglais Paul Gilroy appelle l’« atlantique noire » pour désigner les communautés diasporiques noires établies aux Amériques principalement.

Propos recueillis par Hugo Vermeren


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search