« Pratiques bureaucratiques et expertise professionnelle dans le contexte colonial et postcolonial (XVIIIe-XXe siècles) Afrique-Caraïbes »

Rapport de l’école d’hiver « Pratiques bureaucratiques et expertise professionnelle dans le contexte colonial et postcolonial (XVIIIe-XXe siècles) Afrique-Caraïbes »,
organisé sur l’île de Gorée (Sénégal) du 9-12 novembre 2022 par le Centre Marc Bloch (Berlin), le Département d’histoire de l’Université Cheikh Anta Diop (Dakar) et l’Institut des mondes africains (Paris/Aix-en-Provence)

Par Darja Wolfmeier, Université de Bayreuth (Allemagne)

Du 9 au 12 novembre 2022, un groupe d’historien.ne.s, de sociologues, d’économistes, d’experts-comptables et d’auditeurs des quatre coins du monde se sont réunis sur l’île de Gorée au Sénégal pour discuter des relations entrelacées entre les chiffres et la recherche historique. L’école d’hiver a été organisée par Amadou Dramé, Frank Fabel, Chloé Risbourque, Mouhamadou Moustapha Sow, Jörg Theis, Romain Tiquet et Jakob Vogel, et a pu se réaliser avec le soutien de l’Université franco-allemande (UFA), de l’Association d’Auditeurs Internationaux Empacta e.V. et de l’Ordre National des Experts-comptables et des Comptables agréés du Sénégal (ONECCA). Cette école d’hiver a accueilli des professionnel.le.s du monde de la comptabilité ainsi que des chercheur.e.s (étudiant.e.s en master et doctorat et enseignant.e.s chercheur.e.s) et les a invité.e.s à échanger sur leurs recherche en cours.

Les grandes questions de ces rencontres étaient centrées sur les chiffres et la gestion des populations en Afrique et dans les diasporas au travers de l’analyse des pratiques bureaucratiques. Dans quels buts les chiffres sont-ils produits et par qui ? Comment lire les chiffres dans une perspective historique ? Comment des savoir-faire sur la gestion des populations sont-ils produits, transférés ou abandonnés, selon différentes situations et contextes (post)coloniaux ?

L’école d’hiver était structurée selon trois grands axes : les keynotes de trois historien.ne.s, des ateliers sur le travail des sources comptables ainsi que des débats historiographiques. La lecture partagée des documents comptables par Frank Fabel et Anatole Bashugi Baghowerhe d’Empacta invitait les participant.e.s à réfléchir à une approche réflexive de leurs matériaux. Même si la critique des sources suivaient des objectifs différents selon les historien.n.e.s et les auditeur.ice.s, elle occupe néanmoins une place centrale dans leur travail quotidien.

L’intervention de Béatrice Touchelay (première keynote) a constitué la base des discussions qui ont suivi pendant l’école d’hiver : sa présentation sur le fait de « Compter en situation coloniale » soulignait la diversité de chiffres construits par l’État colonial, les différentes pratiques et la spécificité de la statistique coloniale. Dans cette perspective, les statistiques sont comprises comme un élément structurant l’entreprise coloniale. Elles fournissent des informations variées sur la bureaucratie coloniale et son (dys)fonctionnement quotidien. En outre, Béatrice Touchelay soulignait l’importance d’un regard socio-historique sur les circonstances et les procédés de la collecte des chiffres, pour analyser leurs buts et leur mise en valeur par l’État colonial. Cela a permit de questionner le lien entre la statistique, le pouvoir et la domination, spécifique en situation coloniale. D’après l’historienne, les différents Empires coloniaux, qu’ils soient britannique, français ou belge partageaient « les mêmes attentes à l’égard du chiffre » : chiffrer pour gouverner, assurer, justifier, légitimer, mettre en ordre ainsi que comprendre et canaliser des craintes et des fantasmes. Par le chiffre, l’entreprise coloniale était justifiée. Les deux keynotes suivantes ont porté sur « La mesure impériale à l’épreuve de la globalité Jula en Afrique de l’Ouest » (Cissé Chikouna) ainsi que sur « Les sources statistiques dans le cadre de l’organisation et la gestion de l’esclavage en Amérique » (Caitlin C. Rosenthal).

L’intervention de Chikouna Cissé mettait l’accent sur la polysémie des catégories socio-culturelles africaines comme le Jula. Par la migration des populations en Afrique de l’Ouest, celle-ci désignait autant une profession (de commerçants) qu’une nation que Chikouna Cissé qualifiait de globale (XVe – XXe siècles). L’intervenant argumentait qu’au cours des siècles, les catégories impériales telle que « Jula » ne servaient pas forcément à mieux décrire la population, mais étaient mobilisées par des groupes sociaux pour faire avancer leurs propres intérêts et besoins. Une assignation et mobilisation variée de groupes sociaux différents par les Jula les aidait à échapper aux frontières impériales, pour, par exemple, ne pas devoir payer d’impôt.

La dernière keynote de Caitlin Rosenthal élargissait l’angle géographique des débats par son centre d’intérêt sur les pratiques gestionnaires de l’esclavage dans les Amériques aux XVIIIe et XIXe siècles. Elle soulignait l’importance que revêt l’analyse des documents comptables pour appréhender l’histoire inhumaine de l’esclavage. À travers les pratiques gestionnaires, Caitlin Rosenthal avance que les esclavagistes pouvaient se détacher de l’immoralité de leur travail en transformant les esclaves en statistiques. Les différentes sources mobilisées par Caitlin Rosenthal – une liste de prix, des bilans financiers, des registres de plantations – montrent des pratiques gestionnaires identiques à celles appliquées à d’ « autres » biens ainsi que la valeur capitaliste attachée aux personnes esclaves.

Le travail des sources et la méthodologie ont été au cœur des présentations des participant.e.s et des discussions de l’école d’hiver. Comment et où trouver des sources sur les pratiques bureaucratiques et professionnelles ? Les interventions ont souligné la grande variété de producteur.ice.s de statistiques et de sources pour la gestion quotidienne des populations. Vu que les pratiques bureaucratiques sont notamment liées au pouvoir politique, la plupart des sources utilisées sont des documents officiels provenant d’institutions (écoles, ministères, services divers, etc.). Les sources des acteurs en position officielle en dehors des processus bureaucratiques représentaient un sous-registre : par exemple des lettres ou interviews du personnel étatique des États africains postcoloniaux. Les acteurs religieux tels que les ordres religieux produisaient également des ressources importantes de la recherche gestionnaire. Pour les périodes plus récentes, un autre groupe d’acteurs rentrait dans les analyses : les entités non-gouvernementales ou internationales (ONG et OI) tel que les organisations humanitaires, en remplaçant ou complétant le rôle de l’État dans la gestion de populations.

Les centres d’intérêt a largement varié : de l’analyse proche des données statistiques et de la gouvernance par les chiffres aux pratiques différentes de bureaucratisation. Une présentation a par exemple questionné les logiques biopolitiques de la gestion des maladies en Afrique Occidentale Française. D’autres interventions traitaient des pratiques administratives (à Saint-Louis au XVIIIe siècle ou dans l’Afrique de l’Ouest francophone post-indépendance). De même, les politiques entourant la production des statistiques, par exemple sur la gestion migratoire en Afrique de l’Ouest ou sur les tirailleurs sénégalais, ont fait l’objet de présentations. Un autre aspect enfin, était le transfert de savoir-faire gestionnaires, par exemple à travers les écoles et la formation de jeunes au Sénégal. Cette école d’hiver a été l’occasion de réfléchir à une variété d’échelles d’analyses, du macro au micro, dans les recherches sur la production de statistiques historiques et contemporaines. Cette rencontre scientifique a bien souligné que les pratiques bureaucratiques comme la production de chiffres sont avant tout une affaire de rapports de pouvoir, de négociations sociales et d’adaptations individuelles. Ainsi, les producteur.ice.s, les intermédiaires de production et les utilisateur.ice.s de ces statistiques étaient au cœur des


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Hugo Vermeren (25 janvier 2023). « Pratiques bureaucratiques et expertise professionnelle dans le contexte colonial et postcolonial (XVIIIe-XXe siècles) Afrique-Caraïbes ». Compter en situation coloniale. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mpse


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search