Culture du cacao et déforestation en Côte d’Ivoire. Entretien avec Mohamed Diakité

Mohamed Diakité est doctorant en Management à l’Université Paris Dauphine-PSL au sein du laboratoire DRM (UMR 7088). Il mène une thèse intitulée « La construction comptable et managériale de la déforestation (de 1900 à nos jours) : le cas du cacao en Côte d’Ivoire », sous la direction de Gwenaelle Nogatchewsky (Université Paris Dauphine-PSL), Pierre Labardin (Université de la Rochelle) et Antoine Fabre ((Université Paris Dauphine-PSL). Il est également membre de l’Association Francophone de Comptabilité (AFC).

Pouvez-vous présenter votre parcours en quelques lignes ? Comment êtes-vous arrivé à la recherche ?

Je suis arrivé à la recherche après 18 années d’expériences professionnelles. Pendant trois ans, j’avais pu dispenser des cours de Management en Master II au campus d’Abidjan (Côte d’Ivoire) de l’Université Senghor à Alexandrie rattachée à l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Cela a confirmé mon goût pour l’enseignement et la recherche, et m’a permis de mesurer les besoins des étudiant-e-s qui étaient nombreux à solliciter un encadrement pour leurs mémoires. J’ai alors décidé de reprendre mes études et de m’inscrire en doctorat à l’Université Paris Dauphine-PSL. J’ai obtenu un financement du Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts-comptables de France (CSOEC) après que mon projet de thèse ait été sélectionné par l’Association Francophone de Comptabilité (AFC).

Votre thèse, justement, porte sur une ressource particulière, le cacao. À quelle époque celui-ci commence-t-il à être exploité de manière intensive en Côte d’Ivoire ?

La première plantation de cacao a été créée dans la région d’Assinie par un négociant et capitaine au long cours rochelais Arthur Verdier (1835-1898), premier représentant officiel des intérêts du gouvernement français sur le territoire ivoirien dans les années 1880. C’est néanmoins sous le gouvernorat de Gabriel Angoulvant, de 1908 à 1917, que la culture du cacao prit son véritable essor. Selon les chiffres produits par l’administration coloniale française, les exportations de cacao passent de 2733 kg en 1908 à 113.967 kg en 1915. Avec l’abolition du travail forcé en 1946, c’est tout le modèle économique des plantations européennes qui est bouleversé parce qu’elles ne peuvent plus avoir recours à l’aide de l’administration coloniale pour le recrutement. Cet avantage concurrentiel était d’ailleurs décrié par les planteurs africains dont Félix Houphouët-Boigny qui fut à l’origine de la loi d’abolition. Désormais, planteurs européens et africains devaient se concurrencer pour attirer et fidéliser la main-d’œuvre, venant généralement de pays voisins.

Cacaoyer. Lavage des fèves en Côte d’Ivoire. Chromo du Ministère des colonies pour le cacao. Bon point n°13.

Quelles sont les sources permettant d’évaluer la progression de cette culture ? Du point de vue de la documentation, quelles sont les contraintes à travailler à la fois sur la période coloniale et sur la période postcoloniale (dispersion et déséquilibre des sources, etc.) ?

Plusieurs sources permettent de suivre la progression de cette culture notamment les statistiques officielles données par le ministère des colonies (disponibles aux Archives Nationales d’Outre-Mer à Aix-en-Provence), les journaux d’agriculture tropicale (en ligne sur le site Gallica de la Bibliothèque Nationale de France) et les différents budgets de l’État de Côte d’Ivoire indépendant depuis 1960 (disponibles aux Archives de l’assemblée nationale) car les taxes sur l’exportation du cacao constituent une part importante des ressources fiscales du gouvernement.

Travailler à la fois sur les deux périodes (coloniale et postcoloniale) permet d’appréhender les continuités et les ruptures, mais cela constitue également un défi méthodologique (risque d’anachronisme) car le contexte historique, économique et géopolitique est différent. Par ailleurs, l’accessibilité aux archives est différente selon les fonds. En effet, certains fonds sont numérisés (microfilms) comme aux ANOM et d’autres nécessitent un déplacement in situ avec des archives souvent en mauvais état de conservation.

De quinze millions au début du siècle, la forêt ne couvrait plus que neuf millions d’hectares en 1965

Discours du président de la Commission nationale pour l’environnement, in Fraternité-
Matin du 7 juin 1988, p. 7.

L’un des phénomènes que l’on observe dans certains pays du continent africain au lendemain des indépendances est une croissance exponentielle de l’exploitation des ressources naturelles, promues par les jeunes États indépendants, comme si le départ des Européens coïncidait avec une réappropriation massive de la nature par les populations colonisées. Observe-t-on un tel phénomène à l’échelle de la Côte d’Ivoire pour le cacao ?

Après son accession à l’indépendance le 7 Août 1960, une nouvelle politique foncière fut adoptée. L’un de ses principes cardinaux étant que « la terre appartient à celui qui la met en valeur », cela encouragea aussi bien les autochtones des zones forestières que les allochtones à se lancer dans une course à l’accaparement et au défrichement du milieu forestier afin d’y cultiver les cultures d’exportation (cacao, café, huile de palme, etc.). Plus tard, la politique dite du « retour à la terre » accentua encore le phénomène.

Ainsi, dans un discours en 1988, le président de la commission nationale pour l’environnement, déclarait que « de quinze millions au début du siècle, la forêt ne couvrait plus que neuf millions d’hectares en 1965 et sa surface actuelle est estimée à moins de quatre millions d’hectares » (Fraternité Matin du 7 juin 1988, p. 7.).

La question de la déforestation liée à la culture intensive du cacao est au cœur de votre recherche. Les inquiétudes relatives à la déforestation étaient-elles déjà présentes à l’époque coloniale ? Y-a-t-il eu une évolution au lendemain de l’indépendance ivoirienne en 1960 ?

Dès les premières années de la colonisation française du pays (officiellement depuis de 10 mars 1893), les autorités, après avoir déclaré le territoire terra nullius, ont mis en place un régime forestier par le décret du 20 juillet 1900. Il stipule en son article 10 que « dans les forêts où il existerait des essences de grande valeur, il pourra être imposé à l’exploitant de faire planter chaque année à ses frais un nombre de plants de même essence ou d’une essence aussi riche au moins double de celui des arbres abattus dans le cours de l’année, ces essences précieuses étant spécifiées par arrêtés. De même en ce qui concerne le caoutchouc ou le gutta-percha (sorte de gomme issue du latex), il pourra être imposé à l’exploitant l’obligation de planter annuellement un nombre d’arbres ou de lianes à latex qui ne sera pas inférieur à 150 pieds d’arbres ou 200 pieds de lianes par tonne récoltée dans l’année » (Ibo 1993).

Il apparait donc clairement que le souci de la durabilité a existé dès le début de l’époque coloniale. Cependant, il faut noter une tension entre cette préoccupation et les enjeux économiques qui découlaient de la loi des finances du 13 avril 1900 fixant l’autonomie financière des colonies et qui incitait à leur exploitation notamment forestière et agricole.

Au lendemain de l’indépendance, l’État ivoirien maintint la législation coloniale française (le code forestier de 1935) qui fut en vigueur jusqu’en 1965. Adaptant ensuite le cadre législatif au nouveau régime, les principes du code forestier furent néanmoins conservés dans leurs grandes lignes.

https://www.financialafrik.com/2017/09/02/en-cote-divoire-20-de-la-production-de-cacao-sevapore/

L’un des écueils des politiques de gestion des ressources naturelles des pays du sud est bien souvent de devoir composer avec les normes environnementales décidées aux échelons internationaux et parfois imposées par les anciennes puissances coloniales (notion de « colonialité globale »). Qu’en est-il pour le cacao ivoirien ?

Cela est juste. Par exemple, le 6 décembre 2022, un accord a été conclu entre les représentants du parlement et ceux des gouvernements de l’Union Européenne pour lutter contre la déforestation importée[1], c’est-à-dire celle provenant indirectement de la consommation des européens et ayant causée une déforestation dans les lieux de production. Une fois ce dispositif pleinement adopté et en vigueur, dans les prochains mois, tous les biens qui y sont listés (cacao, café, soja, huile de palme etc.) devront faire l’objet d’une vérification et d’une vigilance renforcée (« due diligence ») lors de leur importation sur le marché européen, par les entreprises, quant à leur non-provenance de zones déforestées. Concernant spécifiquement le cacao de Côte d’Ivoire, qui est le premier producteur avec 40% de la production mondiale, le président ivoirien Alassane Ouattara s’est exprimé sur le sujet. Après avoir rappelé la dette historique environnementale des pays développés, il a affirmé que son pays s’était lui-même saisi de cette question. Par ailleurs, la Côte d’Ivoire cherche d’autres débouchées pour son cacao comme la Chine par exemple, ce qui participe à accroître son indépendance vis-à-vis de l’Europe.


[1] Law to fight global deforestation and forest degradation (europa.eu)



Citer ce billet
Hugo Vermeren (2023, 6 février). Culture du cacao et déforestation en Côte d’Ivoire. Entretien avec Mohamed Diakité. Compter en situation coloniale. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mpsh

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search