Appel à communication colloque “Ce que compter veut dire en situation impériale et coloniale”, Paris Bercy décembre 2024

Ce que compter veut dire en situation impériale et coloniale

19 et 20 décembre 2024
Colloque international

Ministères économiques et financiers Paris Bercy

Ce colloque entend ouvrir à nouveaux frais le dossier des approches comptables et
statistiques produites en contexte impérial et colonial (cartes thématiques, enquêtes, séries
statistiques etc.) pour en tirer toutes les informations qu’elles sont susceptibles de fournir
sur les sociétés et les situations qu’elles sont censées éclairer. En tenant compte des
nombreux acquis historiographiques, des critiques des différents éléments chiffrés utilisés,
de leurs visées racialistes et normatives, il s’agit autant de s’intéresser aux conditions de leur
production, qu’elles soient visibles (enquêteurs) ou invisibles (interprètes, élites
villageoises), que d’analyser les réactions à leur production, à leur diffusion ou de préciser
les attentes des commanditaires et les usages auxquels ils donnent lieu. Le colloque entend
favoriser le croisement des échelles mobilisées par les différents supports de ces éléments
comptables, partant des individus et jusqu’aux relations entre les administrations ou les
entreprises coloniales et la Métropole.
Les histoires d’enquêtes et d’enquêteurs menées au plus près du terrain, celles des
résistances ouvertes ou à bas bruit qu’elles suscitent, celles des initiatives lancées pour
améliorer les représentations comptables et statistiques et de leurs limites permettront à la
fois de mieux évaluer les écarts entre la rationalité apparente des support utilisés et les
situations coloniales effectives, de pointer les marges de manœuvre et capacité d’adaptation
d’acteurs (agency) souvent considérés comme passifs, d’examiner leur impact sur les
institutions, les entreprises ou les sociétés qui les produisent et réciproquement l’effet de
ces organismes sur les chiffres (réflexivité).
L’omniprésence des éléments comptables dans les empires ouvre des perspectives de
comparaison et doit permettre aussi de penser les circulations inter impériales d’acteurs, de
modèles et de pratiques. À cet égard, la production et la diffusion des expertises chiffrées
et/ou cartographiques par certaines organisations internationales pourront également être
soulignées.
Le colloque est volontairement ouvert à toutes les dimensions comptables, bien au-delà des
statistiques démographiques qui sont souvent mieux connues que les autres. Seront ainsi
largement pris en compte les éléments comptables, du travail, de la production, des prix,
etc. ; cette liste n’étant pas exhaustive.
Ce colloque marquera le milieu du parcours de l’ANR Cocole (ANR-21-CE41-0012) « Compter
en situation coloniale. Afrique française XIX-XXe s. » dont il élargira les horizons
géographiques et chronologiques. Les propositions de communication capables de réinsérer
le moment colonial dans les périodes qui le précèdent ou le suivent, pour analyser les
continuités et les ruptures ainsi que les conséquences de ces éléments comptables et
statistiques seront donc également bienvenues.
Les seules exigences des organisateurs et organisatrices, outre la thématique retenue, sont
des travaux inédits et basés sur des sources (archives, enquête orale, etc.).

Partant du constat que ces éléments comptables existent malgré leurs lacunes
incontestables, que leur production a mobilisé différentes parties prenantes et a été
financée, le colloque entend mieux comprendre le contraste entre l’abondance et la grande
diversité de ces éléments en contexte impérial et colonial (cf. la précision et le volume des
Blue Books britanniques, la boulimie de données chiffrées de certains gouverneurs et
administrateurs belges et français, le volume de la documentation chiffrée officielle et
officieuse sur les empires) et leur insuffisance. Ce faisant il espère aussi attirer des étudiants,
et particulièrement des historiens, vers un objet qu’ils tentent le plus souvent de
contourner.
Les propositions pourront privilégier plusieurs points :

  • Ce que la fabrication des chiffres nous apprend de la relation coloniale, de la nature et du
    rôle des intermédiaires qui interviennent dans les enquêtes, des transformations des
    modalités de la colonisation, du rôle effectif ou non de l’administration des colonies ainsi
    que de ses héritages après les indépendances ;
  • Ce que les éléments comptables et leurs silences ou les catégories qu’ils contribuent à
    sédimenter ou à construire tronquent, ne disent pas ou disent mal et la façon dont ils
    dessinent l’image de la colonie, la construction de l’illusion statistique et comptable et
    l’analyse de ses conséquences ;
  • La façon dont ils influencent les sociétés qu’ils sont censés représenter ou les entreprises
    dont ils sont censés décrire la situation, et comment ces sociétés et entreprises les modèlent
    en retour ;
  • Un questionnement sur les spécificités des éléments comptables fabriqués en situation
    coloniale par rapport à ce que l’historiographie dit des productions de données en Europe ou
    ailleurs.
    Plus largement, tous les travaux interrogeant de façon critique la production et l’usage des
    éléments comptables en contexte colonial sont bienvenus.
    Langue de travail : français et anglais
    La proposition comprendra
    un résumé d’environ une page (hors bibliographie), un titre, une problématique et les
    matériaux sur lesquels elles reposent. Une brève notice biographique (une quinzaine de
    lignes indiquant la dernière publication) et cinq mots clés représentatifs de la proposition
    soumise sont également attendus.
    Les organisateurs ne prendront en charge que les frais des intervenants dont les institutions
    n’ont aucun moyen de financement. Les participants sont vivement incités à se tourner vers
    leurs institutions pour demander un soutien.
    Un format hybride, en présentiel et, pour éviter de trop longs trajets quelques
    communications à distance, est envisageable.
    Échéancier
    Proposition à soumettre pour le 20 juin 2024, réponse 15 juillet 2024.
    Résumé définitif à renvoyer pour le 30 novembre

Comité scientifique
S. Coghe (U. Gand), X. Daumalin (U. Aix-Marseille), B. Fall (Directeur de l’IEA de Saint-Louis
du Sénégal, coordonnateur du réseau IRN COUNT), O. Feiertag (U. Paris 1), A. Lacroix (U.
Nanterre), A.Mukhopadhya (U. Kent), B. Piret (Archives de l’État-UCL, Belgique), E. Sibeud
(U. Paris 8) et B. Touchelay (U.Lille)


Renseignements et dépôt des propositions
beatrice.touchelay@univ-lille.fr (en objet « colloque CHIFFRES décembre 2024 »)
Carnet de recherche : https://chiffrempire.hypotheses.org/



Citer ce billet
Hugo Vermeren (2024, 18 avril). Appel à communication colloque “Ce que compter veut dire en situation impériale et coloniale”, Paris Bercy décembre 2024. Compter en situation coloniale. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8to

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search