L’équipe

Fabien Bartolotti est docteur en histoire contemporaine et membre de l’UMR TELEMMe (Aix-Marseille Université/CNRS). Après une thèse soutenue en 2021 sur l’histoire économique et environnementale du port de Marseille dans la seconde moitié du XXe siècle, il poursuit actuellement ses recherches sur les économies maritimes et impériales au sein du projet AMIDEX « MARS IMPERIUM – Marseille impériale : histoire et mémoires (post)coloniales XIXe-XXIe siècle » et dans le cadre d’un contrat postdoctoral (2022-2024) rattaché au programme ANR « COCOLE – Compter en situation coloniale. L’Afrique française (1830-1962) ». 
https://telemme.mmsh.fr/?membres=fabien-bartolotti

Chikouna Cissé est maître de conférences en Histoire de l’Afrique à l’université Félix Houphouet Boigny d’Abidjan (Côte d’Ivoire). Titulaire d’un doctorat d’Histoire, il est l’auteur de plusieurs communications sur le monde jula. Son domaine de recherche s’étend également aux migrations coloniales en Côte d’Ivoire et à l’étude de la diaspora marchande jula en Afrique de l’Ouest. Dans ce cadre, Chikouna Cissé est membre de l’équipe internationale chargée de la rédaction du volume IX de l’Histoire générale de l’Afrique, portant sur l’africanité globale. CISSE Chikouna est ancien fellow de l’institut d’études avancées(IEA) de Nantes d’octobre 2012 à juin 2013.
http://univ-fhb/edu.ci

Antoine Fabre est maître de conférences à l’Université Paris-Dauphine, où il est responsable du Master “Financial Control”. Il est docteur en sciences de gestion et ancien élève de l’École normale supérieure de Cachan. Il enseigne le contrôle de gestion, le calcul de coût et la méthodologie de recherche des approches historiques en sciences de gestion. Ses recherches portent sur la quantification comptable et les pratiques de contrôle associées, avec une perspective historique. Ses projets actuels explorent les pratiques de calcul de coût dans des institutions tels que les bagnes coloniaux du Guyane Française au XIXe siècle ou les hôpitaux psychiatriques au Canada au début du XXe siècle. Dans le cadre de l’ANR COCOLE, il est intégré à l’axe 4 : « roduction et usages de données chiffrées par les milieux économiques». Un premier projet de recherche a été initié sur les sociétés concessionnaires productrices de caoutchouc en Afrique Equatoriale Française. L’objet de cette recherche porte sur la fonction rhétorique de la diffusion du prix de revient des sociétés concessionnaires dans le renforcement du régime des ravaux forcés imposés par l’administration coloniale via l’impôt de capitation.
https://drm.dauphine.fr/fr/drm/membres/detail-cv/profile/antoine-fabre-2.html

Florence Jany-Catrice est professeure d’économie à l’Université de Lille et chercheuse au Clersé-UMR8019. Ses recherches, menées au sein du laboratoire Clersé-UMR 8019, portent sur l’économie de la qualité. Elle interroge en particulier la manière par laquelle cette économie de la qualité pose des questions aux statistiques publiques, aux mesures, indicateurs et évaluations.
Elle a présidé de 2017 à 2022 l’Association française d’économie politique. Elle a été membre en 2021-2022 de l’Institut for Advanced Studies de Princeton, USA.Elle est membre de la chairESS des Hauts de France et co-animatrice avec D. Méda de la chaire écologie-travail-emploi à Paris. Elle a publié de nombreux ouvrages autour de ces thématiques, parmi lesquels The New Indicators of Well-Being and Development avec J. Gadrey (2006 [4è ed. 2016], Palgrave McMillan). Les services à la personne avec FX. Devetter et T. Ribault (2009, [2è ed. 2015], La Découverte). La performance totale : nouvel esprit du capitalisme ? (2012, Presses universitaires du Septentrion). Faut-il attendre la croissance ? avec D. Méda (2016, [2è ed. 2022], La Documentation française). L’indice des prix à la consommation (2019, La Découverte) et A Political Economy of the Measurement of Inflation (2022, Palgrave McMillan).
https://pro.univ-lille.fr/florence-jany-catrice/parcours/

Pierre Labardin est maître de conférences HDR à l’Université Paris-Dauphine et chercheur à DRM MOST (UMR 7088) de 2009 à 2022, il est depuis septembre 2022 professeur des universités en comptabilité, spécialiste d’histoire de la comptabilité à l’Université de La Rochelle
https://drm.dauphine.fr/drm
https://histcompta.hypotheses.org/

Annick Lacroix est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Paris Nanterre et membre de l’IDHES (UMR 8533). Spécialiste du Maghreb aux XIXe et XXe siècles, elle m_ne des recherche sur le travail et l’Etat en situation coloniale. Elle a notamment publié le livre Un service pour quel public ? Postes et télécommunications dans l’Algérie colonisée (1830-1939), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.
https://idhes.parisnanterre.fr/equipe/chercheurs-enseignants-chercheurs/mme-annick-lacroix 

Baptiste Mollard mène une thèse intitulée “L’encadrement de l’émigration des travailleurs algériens au tournant de l’indépendance en Algérie (1955-1973). Décolonisation, bureaucratisation et formation d’une capacité administrative autonome”, sous la direction d’Emmanuel Blanchard et de Jacques de Maillard, à l’Université Versailles St-Quentin en Yvelines (UVSQ) et au sein du Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales (CESDIP). Il enseigne à l’Université Paris 8 sur un poste d’ATER.
https://www.cesdip.fr/mollard-baptiste/

Laure Piguet est assistante-doctorante en histoire contemporaine depuis septembre 2016. Elle a obtenu une maîtrise ès lettres en 2015 et soutenu un mémoire sur l’écriture épistolaire, s’intéressant au rôle de la lettre dans la vie familiale et dans celle des femmes à la fin du dix-neuvième siècle. Elle prépare actuellement une thèse de doctorat intitulée Statistique et émancipation sociale. Fabrication et usages des chiffres dans les luttes ouvrières (1779-1876), une recherche dirigée par Sandrine Kott (Université de Genève) et Roser Cussó (Université Paris I Panthéon-Sorbonne). L’objectif de cette recherche doctorale est d’étudier les liens entre luttes ouvrières et statistique en France et en Grande-Bretagne. Cette recherche aborde la production de données statistique sur les conditions de vie et de travail comme un instrument de luttes au sein du monde du travail. La présence des chiffres est en effet un élément mineur, mais récurrent des luttes ouvrières qui appelle à revoir certains aspects de l’histoire de ces luttes tout comme de l’histoire de la statistique et des enquêtes ouvrières. Laure Piguet mène également des recherches sur l’internationalisation des statistiques du travail par le Bureau international du travail ainsi que sur les circulations des catégories occidentales des statistiques du travail. 

https://www.unige.ch/lettres/istge/corps-enseignant/hco/piguet-laure/ https://www.pantheonsorbonne.fr/page-perso/lpiguet

Léa Renard est post-doctorante en sociologie à l’Institut Max Weber de l’Université d’Heidelberg et chercheuse associée au Centre Marc Bloch. Elle a soutenu une thèse en cotutelle entre l’Université Grenoble Alpes et l’Université de Potsdam intitulée « Socio-histoire de l’observation statistique de l’altérité. Principes de classification coloniale, nationale et migratoire en France et en Allemagne (1880-2010) » et coordonné un projet de recherche dédié au travail forcé comme catégorie globale en mutation (FU Berlin).

https://www.soz.uni-heidelberg.de/lea-renard/

Béatrice Touchelay, professeure d’histoire contemporaine à l’université de Lille rattachée à l’Institut de Recherches historiques du Septentrion (IRHiS) UMR CNRS 8529 depuis 2011, est spécialiste d’histoire économique et sociale, elle a consacré sa thèse à l’INSEE puis élargi ses investigations à la comptabilité des entreprises dans le cadre de son HDR (« Chiffres, entreprises et États dans la France du XXe siècle »). Intégrée à divers comités scientifiques (Société française de statistiques, Statistics History Committee of the Royal Statistical Society, Banque de France, Comité pour l’histoire économique de la France [CHEFF], …) et directrice de publication de la revue Comptabilité(s) Revue d’histoire des comptabilités (https://journals.openedition.org/comptabilites/275), elle a coordonné plusieurs projets de recherches financés (sur le contrôle bancaire ou sur la fraude pour les plus récents) et coordonne l’équipe des SHS impliquée dans la recherche des causes environnementales de la maladie de Crohn (CHU-INSERM-Lille) dans les Hauts de France financée par l’I-Site U. Lille et par l’ANR. Elle coordonne également le programme ANR « Compter en situation coloniale » (COCOLE)

Hugo Vermeren est chargé de rechercheau CNRS (UMR 7303 TELEMMe), spécialiste des mobilités de travail et des sociétés maritimes du Maghreb colonial. Docteur de l’Université Paris Ouest-Nanterre, il a été chargé du développement numérique du programme ANR AsileuropeXIX (2016-2018) et membre de l’École Française de Rome (2018-2021). Il a publié en 2017 le livre Les Italiens à Bône (1865-1940). Migrations méditerranéennes et colonisation de peuplement en Algérie. Coordinateur du programme “Gouverner les îles” (https://gouviles.hypotheses.org/), ses recherches actuelles portent sur les réseaux professionnels des populations maritimes et les politiques de développement halieutique au Maghreb. Il s’intéresse notamment au rôle des activités de pêche dans les processus de territorialisation des espaces maritimes et insulaires en Algérie et en Tunisie

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search